Prologue

Ce roman retrace l’histoire d’un grand amour, mais aussi d’une rupture ! Une double rupture.

À quarante-neuf ans, Lilas Salamoun retrouve son ancien copain de classe et amour d’adolescence, David Karam, qui devient son partenaire et son mentor en affaires au Qatar, aux Émirats arabes unis. Ils retombent amoureux l’un de l’autre, mais se trouvent dans une impasse. Séparée de son mari depuis trois ans et attendant ses papiers de divorce religieux officiel, elle se sent fatiguée de mener une double vie affective et professionnelle, et elle décide soudain de tout quitter…

Ruminé depuis des décennies, le projet qu’elle voudrait réaliser consiste à acquérir et rénover une des anciennes maisons montagnardes libanaises, et un autre rêve qu’elle a longtemps caressé: écrire. Écrire, coucher sur papier histoires et anecdotes, tout ce qu’elle a vécu, aux États-Unis, au Liban et aux Émirats arabes unis, afin de récapituler sur ses expériences professionnelles et féminines, en particulier en ce qui a trait aux affaires, à l’enseignement et à la vie familiale, sans oublier les défis de la conciliation maternité, mariage, travail et études poussées.

Lilas a toujours eu la plume facile. Écrire pour elle est aussi une thérapie. Elle en a besoin d’ailleurs, en cette période dure qu’elle traverse, d’autant plus que certains imprévus et contingences de la vie l’obligent à s’isoler. Installée dans sa nouvelle maison rénovée, perchée sur une splendide colline libanaise face à l’ancien couvent de Mar Youhanna – St Jean Baptiste – qui surplombe la petite rivière dite « miraculeuse », elle se fait de nouveaux amis au sein des montagnes du Liban-Nord. On dirait une nouvelle famille : son jardinier Boutros ou Bou Yaacoub (en libanais on utilise beaucoup Bou, Abou: le père de) est l’ami de feu le père de David; Salma ou Oum Ghassan (en libanais on utilise beaucoup Oumm : la mère de) est l’ex-propriétaire héritière de la maison; et sa fille unique Catia est une avocate dont le caractère la rapproche de Lilas. Lilas s’attache à deux autres amis que les circonstances lancent sur son chemin, Blondie et Sami… coïncidences ou providences ? !

Elle invite David à faire de même, se reposer, se réfugier dans la montagne, lâcher le stress du travail et des affaires et la suivre. Lui laissant un message concis, elle part, puis continue de lui écrire fréquemment durant son séjour au Liban…

Boussole

Vas-y conduis-moi,

Vers tes vierges cavernes, tes douces ténèbres,

Vers ton amour fou ou tes sereins émois,

Oublie tes soucis, tes calculs, ton algèbre,

Ton passé vide, tes peines, ton effroi…

Suis-moi, je t’amène, partons loin de cet air funèbre

Qui de notre cœur, a durci les parois,

Qui t’a peint en gris, et moi, de noir, me zèbre

Fuyons… Je serai ta boussole, et toi mon capitaine, mon roi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s