Extrait-Le littoral

La Méditerranée scintille et lui reflète un message tissé de lumières magiques et clignotantes : « Reviens ! », un soleil d’été qui ne se lasse guère, une vue à la fois éternelle et éphémère.

Lilas contemple les couleurs angéliques, l’horizon généreux, perdu dans ses lignes bleues fondues, cherchant des frontières inexistantes, comme elle cherche ses propres repères, ses lisières, entre présent et avenir !… Quelques vagues se fracassent sur les roches au bas de la falaise et la ramènent à la réalité : Paff ! Elle lève la tête. Au loin vers le sud, Beyrouth l’attend, Beyrouth ma destinée… Beyrouth ma route !

Une deuxième escale se fait plus longue. Rony a suggéré de débarquer pour faire une « bonne pause officielle » dans un « bon café ». Surplombant la baie de Jounieh, cet endroit stratégique donne sur la falaise du Casino du Liban vers le nord, et sur toute la courbe tracée par le littoral vers le sud : une vue à en perdre haleine. Lilas gribouille dans son bloc-notes :

« Tout le rivage vient de se déshabiller pour moi cet après-midi, avec son profil séduisant de dieu grec et sa peau sereine de moine tibétain. Un air salin de mer qui enivrerait le plus coriace des êtres humains. Une sensation qui m’enveloppe et m’invite à m’y lancer, corps et cœur ! De ce sable millénaire et doré, mille et une histoires d’amour s’évadent en vapeur, et des centaines d’anecdotes enfouies se libèrent, rien que pour moi, en écume. Ce sable ? Des milliers de particules ne demandent qu’à être englouties encore et encore, flots et marées douces…

Le sauras-tu jamais mon Liban, combien tes roches ont prié Dieu pour que tu les aimes encore ? ! Depuis la nuit des temps, ces falaises jeûnent et se sacrifient rien que pour un regard de tes yeux, de ton soleil et de ta lune. Elles durcissent et se morfondent en attente d’un baiser tendre de tes lèvres, de tes algues et de tes coquilles, elles ne rêvent que de rester sous tes pieds, soumises, en adoration, servantes éternelles de ta beauté, de ta grâce et de ta glorieuse race. Liban ! Liban, Liban, attends-moi, je reviendrai pour toi, je reviendrai dans tes bras… »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s